ILS ONT VÉCU MOBILIS

LES 20 PREMIERS CLIENTS

Dans le cadre des 20 ans de la marque, les 20 premiers abonnés Mobilis ont eu la chance de remporter des chèques cadeaux d’une valeur de 20 000 F. L’occasion de revenir avec eux sur les débuts de la marque et son évolution. Témoignages.

#1

Armande

Haupuni

#1
Armande Haupuni

« Pour notre famille, l’arrivée de Mobilis a été très importante.  A cette époque, nous habitions sur la propriété Menaouer à Nakutakoin, et nous n’avions pas le téléphone fixe. C’était trop cher à installer car nous étions isolés. Mobilis nous a permis de nous désenclaver, et d’être joignable plus facilement. »

#2

Alain

Tourouda

#2
Alain Tourouda

« En 1996, ma famille et mes clients étaient surtout contents de pouvoir me joindre facilement, à tout moment de la journée. »

#3

Bruno

Keller

#3
Bruno Keller

« Je me rappelle que l’entourage était plutôt envieux lorsque je me suis abonné. J’avais fait le choix de la modernité. Mobilis est devenu petit à petit un outil important dans ma vie professionnelle et familiale. »

#4

Christiane

Maurel

#4
Christiane Maurel

« Au départ, les gens me disaient que c’était du snobisme, mais très vite, cela s’est démocratisé et on a vu de plus en plus de monde avec un Mobilis.

Pour moi, cela a changé ma façon de travailler tout simplement. Il y a eu avant et après Mobilis ! »

#5

Daniel

Korfanty

#5
Daniel Korfanty

« Mobilis a bien évidemment été une révolution… ce que je retiens surtout, c’est la vitesse à laquelle tout cela a évolué, avec l’arrivée de la 3G, puis de la 4G, et des différents services et abonnements… il n’y a pas beaucoup de secteurs d’activités qui se sont aussi vite développés ».

#6

Dominique

Vachet

#6
Dominique Vachet

« En tant qu’infirmière, les patients étaient ravis de me joindre et je pouvais gagner du temps dans mon travail. Au départ, il me fallait seulement une voiture pour travailler. Avec l’arrivée de Mobilis, il me fallait toujours une voiture mais surtout mon téléphone mobile ! »

#7

Florent

Santin

#7
Florent Santin

« En 1996, on pouvait choisir son numéro. J’avais demandé les 4 mêmes derniers chiffres que mon numéro de fixe au bureau. J’ai eu la chance car le numéro était libre. J’ai ainsi depuis 20 ans un numéro Mobilis et un numéro de bureau quasi identique. C’est plus simple pour tout le monde !

Le calédonien aime toujours la nouveauté… Mobilis a donc rapidement rencontré un grand succès. »

#8

Frédéric

Menache

#8
Frédéric Menache

« Je suis toujours à la pointe et très gadget… j’avais donc sauté sur l’occasion de m’abonner à Mobilis !

Je m’en servais au travail, notamment pour contacter mes collègues qui utilisaient encore à cette époque le Talkie-Walkie car c’était gratuit. »

#9

Gilles

Vannier

#9
Gilles Vannier

« J’ai une anecdote liée à cette époque : je venais de rencontrer quelqu’un, et comme nous étions très amoureux, on se téléphonait toute la journée. Au bout de 4 mois, j’ai cumulé un sacré montant sur ma facture ! D’ailleurs, j’ai toujours un exemplaire de cette facture. »

#10

Jean-Pierre

Monroy

#10
Jean-Pierre Monroy

« Pour mon travail, Mobilis était indispensable. J’étais à l’époque sous-traitant d’EEC, et je me baladais un peu partout dans la ville. Les gens étaient toujours en train de me chercher ! Avec Mobilis, ils ont gagné du temps et fait des économies de carburant !

20 ans après, on se demande toujours comment on faisait avant, sans téléphone portable. Maintenant, tout le monde possède un Mobilis ! »

#11

Jean-Pierre

Chambas

#11
Jean-Pierre Chambas

« Les gens étaient très curieux au départ. J’avais un salon de coiffure au Shop Center Vata et lorsque je laissais mon téléphone sur le comptoir, tous les clients me posaient la même question : « qu’est-ce que c’est que ce truc ? ». J’expliquais alors le fonctionnement et l’utilité… je crois que je peux me vanter d’avoir été un très bon commercial pour Mobilis ! »

#12

Miguel

Hugeaud

#12
Miguel Hugeaud

« On ne peut plus se passer de son téléphone mobile… et avec l’arrivée des smartphones, cet outil n’est plus seulement un téléphone, mais aussi un agenda, un appareil photo et une console de jeux tout-en-un ! »

#13

Nathalie

Derambure

#13
Nathalie Derambure

« Oh oui, j’ai une anecdote liée à cette époque… la naissance de mon fils ! J’ai accouché quelques temps après m’être abonnée à Mobilis, et j’ai pu appeler toute la famille et mes amis pour les prévenir ! »

#14

Paul

Gargon

#14
Paul Gargon

« A l’époque, les gens étaient curieux de voir ce nouvel appareil qui n’avait rien à voir avec nos appareils d’aujourd’hui… Le téléphone était imposant, lourd, avec une batterie peu fiable. Les personnes de mon entourage étaient très impressionnées. »

#15

Paul

Jacob

#15
Paul Jacob

« En 1996, je me souviens que les gens étaient très étonnés, notamment ceux qui n’avaient pas eu la chance de voyager et donc d’avoir déjà vu des téléphones mobiles. »

#16

Pierre

Duclos

#16
Pierre Duclos

« Ma fille et ma femme étaient très contentes que je prenne un Mobilis, car elles pouvaient me joindre très facilement… je travaillais beaucoup à l’époque.

Le contact permanent : voilà ce que Mobilis a produit, et c’est super ! »

#17

Willy

Porcheron

#17
Willy Porcheron

« Je travaillais à l’époque pour France Câble Radio…  le directeur, Jacques Bonnefond, m’a gentiment proposé de faire toutes les démarches pour je puisse avoir un abonnement Mobilis et m’installer le téléphone dans la voiture. Ainsi, j’étais à la pointe de la technologie dès 1996 ! »

#18

Yves

Lefevre

#18
Yves Lefevre

« Pour moi, la véritable révolution a été d’une part le lancement du smartphone puis l’arrivée de la 3G dans la continuité ! »

#19

Yvon

Duong

#19
Yvon Duong

En voyage à l’étranger, Pascal DUONG n’a pas pu répondre à nos questions. C’est son fils qui est venu pour la photo.

#20

François

Langeron

#20
François Langeron

Eugène LANGERON n’a pas pu répondre à nos questions. C’est son fils qui est venu pour la photo.